mardi 5 juin 2018

Vous avez dit démocratie ? (Tribune Athégien mai/juin 2018)




Retrouvez ici la tribune de notre groupe telle que publiée sur le bulletin municipal de mai/juin 2018



Vous avez dit démocratie ?


A Athis-Mons, on doit attendre de se faire condamner pour scolariser des enfants, et malgré cela le Maire persiste à refuser de s'exécuter.

A Athis-Mons, lorsque les élus se plaignent de n'avoir plus qu'un Conseil Municipal tous les 3 mois, le suivant est réuni 4 mois plus tard.

A Athis-Mons, on transfère toutes les compétences au fur et à mesure pour ne plus rien avoir à gérer et mieux reporter la faute sur les autres échelons territoriaux.

A Athis-Mons, les promesses électorales s'effacent devant la prolifération des bulles de vente.

A Athis-Mons, changeons de paradigme : la gestion municipale ne doit plus être le caprice d'un seul.

Julien DUMAINE - Laure LAFOND - Sydney FLEURY - Maryline GRESSY - Michel BOURG - Julienne GEOFFROY

email : athis.espoir.liberte@gmail.com

site web : http://www.julien-dumaine.com

dimanche 3 juin 2018

Rencontre avec André Henri Cousson, ancien de la 2ème DB du Général Leclerc, le mercredi 16 mai 2018

Rencontre avec André Henri Cousson, ancien de la 2ème DB du Général Leclerc, le mercredi 16 mai 2018

Sous l’impulsion de M. Bourg élu à la mairie d'Athis Mons et secrétaire local et départemental de l'UNC, de l’équipe de direction, du CDI et d’un professeur d’histoire, les classes de 1ES et TS2 ont eu l’opportunité de rencontrer, durant 2h, M. André Cousson. Un moment très intense durant lequel cet ancien combattant, titulaire de la Légion d’Honneur, a raconté son histoire, son parcours durant la guerre, ses expériences et anecdotes de vie durant cette période. Il a livré un témoignage précieux, apportant des pistes de réflexion aux élèves autour des interrogations : Qu’est-ce que le « devoir de mémoire » ? Pourquoi préserver la mémoire ?

Nous avons vécu un grand moment d’émotion et nous remercions sincèrement M. Cousson pour son engagement, son dynamisme mais aussi son humour durant cette intervention qui, c’est certain, marquera les esprits de nos élèves.

Merci à tous les contributeurs de cet événement, direction, professeurs-documentalistes, professeurs et surtout M. Bourg qui nous proposé cette belle rencontre. Merci aux élèves pour leur attitude exemplaire, leur participation active et leurs réflexions pertinentes.

Découvrez ci-dessous la biographie de M. Cousson.


 Monsieur André Cousson est né en 1922 à Tanger (Maroc). Classe de mobilisation 42-950.

Son père et son oncle ont combattu durant la 1ère Guerre Mondiale (le Chemin des Dames et Verdun). Ils ont obtenu la Légion d’Honneur.

M. André Cousson a reçu la Légion d’Honneur lors de la cérémonie départementale du 11 novembre 2017 à Evry.
Lors de l’Appel du 18 juin 1940 il veut s’embarquer à Tanger pour Gibraltar mais est refusé car il n’a pas 18 ans.
Il est entré aux Chantiers de Jeunesse du Maroc en janvier 1943 et est affecté au 41e bataillon de Transmissions.

Il s’engage dans la 2e DB Leclerc à Témara (Maroc). Il embarque à Mers-el-Kébir, Algérie le 19 mai 1944 et est débarqué à Greerwek, Ecosse le 31 mai 1944.

La 2e DB est composée de nombreux Pieds Noirs, Antillais et d’Espagnols. Leur entraînement est très dur et de nombreux combattants connaissent des problèmes de santé.

Embarqué à Southampton le 30 juillet 1944, il est débarqué à Grandcamp, Normandie, le 1er août 1944.
Il effectue la Campagne de Normandie et est amené à franchir les lignes ennemies.
Monsieur Cousson participe à la Libération de Paris les 24 et 25 août 1944.
Il participe à la Campagne des Vosges puis de Lorraine et d’Alsace ; les 22 et 23 novembre 1944 il participe à la libération de Strasbourg.

Le 27 avril 1945 il atteint le Nid d’Aigle de Berchtesgaden.

Voici les décorations obtenues par M. Cousson :
Médaille Militaire ;
Croix de Guerre, Etoile de Bronze ;
Médaille du Combattant 39-45 ;
Médaille des USA du Président américain ;
Médaille du Débarquement de Normandie ;
Médaille de Volontaire ;
Médaille des Télécom ;
Médaille d’argent et de bronze.

lundi 14 mai 2018

Cité de l'Air: pourquoi nous refusons ce projet immobilier

Vous êtes nombreux a avoir apprécié notre dernière tribune sur la ZAC (Zone d'Aménagement Concertée) de la Cité de l'Air, et la densification attendue sur ce secteur. Toutefois, le format de cette parution ne nous a pas permis d'entrer dans les détails. Il paraissait utile que chacun puisse se forger un avis éclairé sur la question, via notamment l'analyse de l'étude d'impact annexée au dossier. C'est sur la base de ce document que le Conseil Municipal d'Athis-Mons fut amené à se prononcer sur l'aboutissement  du projet, qui n'a été adopté qu'à une seule voix.


Concernant le bétonnage en région parisienne, l'Etat a bon dos. Toujours accusé de mettre la pression à de pauvres communes sans défense afin de faire aboutir des projets immobiliers et accroître la densification urbaine. Or, sur la cité de l'Air, il est à noter que les services de l'Etat ont, paradoxalement, rendu des avis très critiques recoupant nos objections à l'encontre du projet urbain envisagé. L'intérêt est double puisqu'on ne saurait accuser les agents de l'Etat de se livrer à de la polémique politicienne locale mais aussi car les rapports produits par ceux-ci existent et sont consultables.
Ainsi, s'il est aisé de répéter à qui voudra l'entendre que nos arguments n'en sont pas, il sera bien plus difficile de faire croire à tout un chacun qu'un rapport officiel constitue un faux.

Et cela tombe bien car les observations sont à peu près les mêmes.


-----


Tout d'abord, ce dossier semble manquer de sérieux, est flou ou insuffisamment abouti. En témoignent les nombreuses erreurs ou approximations de forme qui le parcourent:

- Informations contradictoires sur le nombre de logements (tantôt 1050, tantôt 1400).

- Données contradictoires sur la pollution atmosphérique.

- Etude imprécise quant aux démolitions prévues et au diagnostic du patrimoine qui ne parait pas avoir été établi  ("programmation précise et définitive n'est pas établie à ce jour" ; " les démolitions dépendront de l'état de dégradation de chaque construction").

- Alors que nous est vendu un écoquartier faisant belle part à la verdure, les services de l'Etat s'étonnent de l'absence [d']'"un diagnostic urbain et paysager de qualité [qui] est pourtant attendu pour ce site" ; De même, "le dossier mentionne une étude paysagère non jointe au dossier et conclut sans démonstration à un impact paysager positif du projet". On met donc en avant un futur environnement paysager mais cela reste au stade de la communication puisque aucun élément de preuve n'est fourni.

- Absence  d'étude sur la perméabilité des sols jugée "prématurée" alors qu'il s'agit d'un enjeu majeur pour la ville au vu de sa configuration géographique (plateau) et du problème récurrent de déversement des eaux pluviales vers le bas d'Athis. La Cité de l'Air ayant aujourd'hui de bonnes capacités d'infiltration liée à la forte présence d'espaces verts, il conviendrait d'envisager les impacts de ce nouveau projet sur le reste de la ville.

- Comme le font remarquer les services de l'Etat, nombreuses incohérences de chiffres, cartes... audits sommaires ou absents, qui traduisent une certaine légèreté dans le document.


-----


Toutefois, les points listés précédemment ne seraient que quelques défaillances techniques à corriger si le fond du projet était acceptable. Nous allons voir que la communication politique faite sur ce projet est en totale contradiction avec les dossiers techniques qui nous ont été présentés.


En réalité il s'agit de construire toujours davantage, c'est d'ailleurs presque l'unique réponse qui est assénée par la commune dans son mémoire en réponse à l'autorité environnementale pour justifier ses choix. Apparaît clairement et plusieurs fois le mot "densifier" comme étant l'un des objectifs du projet. Rappelons la présence de bâtiments de hauteur R+3. Pour preuve, alors qu'on a souvent parlé de "préserver l'esprit du quartier", voici ce que la ville répond aux services de l'Etat dans son mémoire concernant la démolition des pavillons : "dans la mesure du possible, le projet s'attachera par ailleurs à conserver au moins quelques habitations en bon état de façon à laisser une marque des premières décennies de la cité de l'air, comme témoins d'une urbanisation aujourd'hui dépassée".
On comprend dès lors l'avis de la commune: l'habitat individuel est dépassé, une marque de l'ancien temps. Il faut en faire un musée et passer à l'ère du logement collectif,  plus dense et efficace.

Ajouter 42 logements par hectare soit environ 3 personnes par logement pour les 33 hectares de ZAC nous amène à 4000 habitants supplémentaires. Les équipements publics, saturés (écoles, crèches etc.), ne peuvent plus répondre à cette augmentation de la population, a fortiori en tenant compte de l'actualité médicale du secteur, avec la restriction sévère de l'offre de soins (fermeture annoncée de l'hôpital de Juvisy, fermeture de la clinique Caron)... Sans parler des transports en commun, que l'étude d'impact associée juge satisfaisants (ce ne sera sans doute pas l'avis des usagers athégiens).

Doit-on sacrifier notre qualité de vie ? Ce n'était pourtant pas un des enjeux du programme qui nous a vu élire en 2014. Celui-ci prévoyait initialement de "préserver le tissu pavillonnaire y compris la Cité de l'Air poumon de la ville"...

L'intérêt de densifier cette zone est de plus sujet à caution du fait d'enjeux de santé ou de sécurité publique - à l'image d'autres programmes immobiliers prévus dans le secteur plateau - du fait de la proximité de l'aéroport, de la RN7 (bruits et pollution atmosphérique) ainsi que de la zone SEVESO. Cela est d'ailleurs bien noté par l'Autorité Environnementale.

L'Autorité Environnementale pointe également la question de la circulation, et l'absence de précision quant aux difficultés de circulation pendant les heures de pointes sur les axes structurants. L'étude d'impact estimait le trafic à l'issue du projet comme parfaitement équivalent à celui avant réalisation. Des corrections ont bien été apportées suites aux remarques de l'Autorité Environnementale mais il semble que les arguments de la ville tombent à côté du principal problème en se contentant de ne voir le projet que pour lui-même. Si certes les voies de desserte intérieures ne rencontreront sans doute pas de difficultés, il convient d'envisager l'impact de cette hausse de population (4000 habitants) sur le trafic routier de l'ensemble de la commune. Celui-ci est déjà saturé dans les rues principales adjacentes qui mènent à la RN7.

On note enfin que dans son mémoire en réponse à l'autorité environnementale, la ville rétorque concernant l'absence de rappel des servitudes d'utilité publique pour la maîtrise des risques autour des canalisations de transport de gaz, hydrocarbures et produits chimiques que la nécessité de les communiquer n'est applicable que dans le cadre de la création ou de l'extension d'équipements publics. On apprend donc en creux qu'aucun équipement public n'est prévu sur la zone, ce qui pose question quant aux capacités d'absorption de cette nouvelle population par les équipements existants, déjà contraints.


-----


Sur le principe, créer une ZAC n'était pas complètement inapproprié. Le besoin de réhabilitation des pavillons existants, souffrant d'une forte déperdition énergétique ainsi que la vétusté des réseaux et infrastructures pouvait justifier d'avoir recours à une telle procédure, mais cela ne signifie en aucun cas accepter n'importe quel projet. L'étude d'impact, qui nous donne la vision de l'aménagement souhaité ne nous convainc pas sur la forme (erreurs approximations et études critiques reportées) ni sur le fond (projet de densification contraire à nos engagements électoraux).

En bref, j'espère que vous y verrez désormais un peu plus clair sur ce dossier. Ceci étant dit, la plupart d'entre vous auront déjà eu une réaction d'instinct, lors de l'annonce des sociétés intervenant dans ces opérations: le bailleur social immobilière 3F (I3F, propriétaire des terrains), et l'aménageur SORGEM. Les deux opérateurs du quartier du Noyer Renard. Tout un symbole.

Nous tenons les documents cités à la disposition de ceux qui en feront la demande.


Julien DUMAINE
Conseiller Métropolitain
Conseiller Teritorial
Conseiller Municipal

lundi 7 mai 2018

Privatisation d'ADP, quel impact pour nos villes ?




La dernière batterie de conseils municipaux fut l'occasion pour les maires du Nord-Essonne de réagir à l'actualité en proposant une motion relative à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP). Ce texte devait être proposé à toutes les villes. Toutes ou presque...
Athis-Mons fit une fois de plus exception à la règle en annulant ledit Conseil Municipal, portant à quatre le nombre de mois séparant le dernier Conseil de celui prévu en juin (nouveau record battu). Quoiqu'il en soit, nous avions tout de même analysé le sujet pour vous, et avec l'aide d'autres élus locaux avions envisagé un projet de motion alternative, bien moins polémique. 
Je vous laisse le découvrir, précédé d'un court argumentaire.


                                                                                ***


Le débat sur les privatisations, y compris des entreprises aéroportuaires n'est pas bien neuf: le gouvernement BALLADUR en avait effectué la mise en bourse sous prétexte d’assurer la respiration du service public dans un contexte concurrentiel. Rappelons que c'est le Président CHIRAC qui transforma, en 2005, l’établissement public en Société Anonyme et fit déclasser les terrains du domaine public.

En l'espèce, il ne faut pas négliger l'impact positif du développement économique apporté par l'aéroport, et le bassin d'emplois qui en résulte pour notre territoire. Aussi, requérir un "durcissement de la réglementation touchant à l'organisation du trafic aérien" parait clairement exagéré, l'application du couvre-feu en l'état étant parfaitement satisfaisant.
Il est assez regrettable que nos municipalités soient amenés à s'aligner sur les slogans apposés sur les banderoles de la CGT. Cela résulte d'une vision dogmatique qui confond le législateur et l’actionnaire.

Pour preuve, le plafonnement des créneaux annuels et le couvre-feu sont tous deux fixés par voie d'arrêté ministériel (respectivement datés de 1994 et 1958) et n'ont donc aucun lien avec le statut de l'entreprise. Soyons clairs, société publique ou privée, c'est au gouvernement qu'il revient de maintenir ou d'abroger ces dispositions.

La même logique rend inepte l'argumentation sur les impératifs de sécurité nationale, car on voit mal comment une entreprise même privée pourrait s'y soustraire. La loi s'applique à tous sur le sol national, et pas uniquement sur les biens appartenant à la puissance publique. Ainsi, l'Etat punit l'auteur d'un cambriolage subi par un particulier à travers le Code Pénal, bien qu'il ne soit pas forcément propriétaire du logement visé.

Aussi, il apparaît plus judicieux d'envisager un texte de motion qui - au delà du statut d'ADP -, attire bien davantage l'attention des pouvoirs publics sur la nécessité de respecter le cadre de vie et la tranquillité des habitants, notamment concernant les nuisances sonores générées par l'activité tout en défendant l’intérêt économique du bassin d’emploi que l’aéroport représente pour nous.

Nous vous proposons donc ce projet alternatif, qui reprend les contours de la motion précédente tout en l'expurgeant de ses passages inutilement démagogiques afin de privilégier une attitude réaliste et ne pas céder à l'agitation autour de cette question tout en demeurant dans notre rôle d'élus municipaux.




---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pont n°3 de l’ordre du jour : Motion commune des Villes d’Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge,
Savigny-sur-Orge et Viry-Châtillon contre la privatisation de l’entreprise Aéroports de Paris
Proposition de rédaction alternative 

Depuis de nombreuses semaines les rumeurs se multiplient au sujet de la volonté du gouvernement de céder la participation de l'Etat au capital de plusieurs grandes entreprises françaises dont Aéroport de Paris (ADP). Ces rumeurs, qui n'en sont plus, vont se concrétiser avec la présentation du projet de la PACTE (Plan d'Actions pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) en Conseil des Ministres, le 18 avril prochain.

La tenue des Assises du Transport Aérien le 20 mars 2018 a confirmé cette possibilité concernant cette entreprise détenue à majorité par L'Etat français (50.6%)

Avec près de 100 millions de passagers annuels, les aéroports parisiens (Paris-Charles de Gaulle, Orly, Le Bourget et Beauvais) sont des places stratégiques, des outils de rayonnement français à l'échelle mondiale indispensables au développement économique de la région Ile-de-France.  Agrandi et modernisé, bientôt connecté par le métro à Paris via la ligne 14, l'aéroport d'Orly constitue un élément structurant du système aéroportuaire de la métropole régionale.

Si l'aéroport d'Orly représente un véritable atout de développement et d'attractivité pour nos territoires, il est également source de nuisances pour la population. Ainsi, depuis quelques années, son essor est suivi avec attention afin de permettre de trouver le juste équilibre entre défense des droits des riverains, lutte contre les nuisances générées par l'activité aérienne et l'assurance que les habitants bénéficient des retombées économiques liées à l'activité aéroportuaire.

Avec plus de 25% des employés directs de l'aéroport d'Orly présents sur le département de l'Essonne habitant les communes de la circonscription, il est légitime que les élus locaux s'intéressent à cette question.

Le bouleversement de la structure de cette entreprise étant attendue, l'exploitation de nouveaux couloirs aériens peut potentiellement représenter une menace pour l'environnement, la santé et la préservation du cadre de vie de nos concitoyens. Aujourd'hui, l'Etat limite ces risques en limitant les mouvements de vol à 250.000 par an et via l'instauration d'un couvre-feu entre 23h30 et 6h00.

Le Conseil Municipal

- Considérant le projet du gouvernement de reconsidérer le maintien de sa participation majoritaire au sein du groupe ADP et les inquiétudes, même infondées, soulevées par les riverains

 - Considérant qu'un maintien pérenne des dispositions existantes (couvre-feu, limitation des mouvements) est nécessaire à la qualité de vie de notre territoire,

ALERTE le gouvernement sur la nécessité de maintenir en l'état la réglementation sur l'organisation du trafic aérien.

samedi 14 avril 2018

Cité de l'Air: la fin d'une ère (l'Athégien Mars-Avril 2018)




Détruire un quartier historique afin d'accueillir 4000 habitants supplémentaires. Une étude d'impact remplie d'imprécisions. D'importantes réserves émises à tous les niveaux, y compris de la part des services de l'Etat. Aucun équipement public prévu.

Pourtant, notre programme électoral était de: "préserver le tissu pavillonnaire y compris la Cité de l'Air poumon de la ville".

Le Conseil Municipal, mouvementé, n'adopta ce projet qu'à une voix. Deux nouveaux élus se désolidarisèrent du Maire.

Que ceux qui nous firent confiance sachent qu'il reste des élus qui mettront tout en œuvre afin de s'opposer au bétonnage de notre commune.

Julien DUMAINE - Laure LAFOND - Sydney FLEURY - Maryline GRESSY - Michel BOURG - Julienne GEOFFROY

email : athis.espoir.liberte@gmail.com

site web : http://www.julien-dumaine.com

lundi 26 février 2018

Signatures de contrats d’engagement pour l'armée de terre du 26/02 - MICHEL BOURG




Présent ce lundi 26 février 2018 à la salle des mariages de la mairie d’Evry aux côtés de 25 jeunes Essonniens du Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées(CIRFA) qui s'engagèrent pour une durée de 1 à 5 ans dans l’Armée de terre. Ils ont signé leurs contrats en présence du Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances, du 1er Adjoint au Maire, du Délégué Militaire Départemental, d’Elus, de Correspondants Défense  et des Anciens Combattants de l’Essonne accompagnés de leurs porte-drapeaux.

Certains parents se sont également libérés de leurs obligations professionnelles pour encourager leurs enfants à souscrire leurs contrats d’engagement dans l’armée de terre.
Environ 50 personnes sont venues assister à cette belle cérémonie organisée dans un lieu symbolique, afin de vivre cet engagement fort fait de courage, d’abnégation et de sens des responsabilités d’un de leurs proches.

A l’issue de cette signature officielle les jeunes rejoindront soit l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active (ENSOA) pour suivre leur formation initiale de chef de groupe d’une durée de 8 mois pour les sous-officiers, soit le fort de Villeneuve- Saint -Georges pour suivre la formation initiale de 6 mois nécessaire pour devenir pompier à la Brigade des Sapeurs -Pompiers de Paris (BSPP), soit les unités présentes dans la France entière pour débuter leur formation initiale de 3 mois suivie d’une formation de spécialité de 3 mois également.

Pendant cette période de formation, les nouvelles recrues feront au minimum 3 à 4 séances de sport par semaine, étudieront les relations internationales, apprendront les actes réflexes du militaire (se cacher, se couvrir, se poster), passeront des qualifications en tirs (Famas et Pistolet automatique) et feront des activités sur le terrain, afin de s’aguerrir.

 Les sous-officiers apprendront aussi progressivement à commander comme un chef de groupe de n’importe quelle arme (infanterie, cavalerie, génie, artillerie, train…) le fait sur le terrain (un chef de groupe commande 10 personnes dans l’armée de terre), car  à l’issue de leur formation à l’ENSOA, sous réserve de leurs réussites, ils seront nommés sergents et commanderont dans leurs unités d’affectation respectives.

En cette belle journée, les 25 jeunes ont été mis à l’honneur et ont fait la fierté de leurs conseillers en recrutement et des anciens combattants qui leur ont montré la voie.  Cette cérémonie s’est terminée par un café de cohésion organisé par la mairie.

Cette signature emblématique sera à tout jamais gravée dans la mémoire de ces jeunes, car elle marque le début de leur engagement à servir notre pays. Ces frères d’armes font maintenant partie intégrante de cette belle famille que représente l’Institution Militaire.

Tout le personnel du CIRFA souhaite bon vent à ces nouvelles recrues, que la force et le courage soient avec elles durant cette période inoubliable de leurs vies !

En 2017 le CIRFA d’Evry a recruté 145 jeunes Essonniens (5 officiers, 17 sous-officiers, 11 pompiers et 112 militaires du rang) alors si vous souhaitez avoir un entretien d’informations sur l’armée de terre, n’hésitez pas à vous rendre dans votre CIRFA de proximité,  toute une équipe de conseillers vous y attend pour vous aider à monter votre projet et vous orienter selon votre profil.
Depuis janvier 2018, 42 jeunes d’Evry et des villes à proximité (Corbeil-Essonnes, Ris-Orangis, Athis-Mons, Mennecy…) ont fait le choix de rejoindre l’Armée de Terre, il reste de belles opportunités  à saisir pour 2018, alors engagez- vous pour de belles aventures humaines tout en dépassant vos limites au service d’un collectif et de valeurs qui nous dépassent (solidarité, exemplarité, professionnalisme, cohésion….).

Pour rappel l’Institution Militaire recrute les jeunes  âgés de 18 à 32 ans de sans diplôme à bac + 5 sous conditions d’avoir la nationalité française, de jouir de ses droits civiques, d’avoir fait sa Journée Défense Citoyenneté  (JDC) et d’être motivé et sportif. Au plaisir de vous rencontrer dans votre CIRFA, on ne naît pas militaire on le devient !

Michel BOURG
Conseiller Municipal

jeudi 22 février 2018

A Evry, le centre commercial a vu le jour en même temps que la ville nouvelle (Le Parisien 20/02)

Evry 2 en 1975, il y a 43 ans, correspondait aux attentes des consommateurs. D'ailleurs celui qui en fait la promotion dajs le parisien est aujourd'hui président ... de l'association locale des retraités.
Les investisseurs ont fait une affaire en or et ont largement rentabilisé cet investissement.
Hélas, ils ont eu les dents trop longues et la zone de chalandise n’est pas élastique à l’infini !
L'article du parisien nous apprend que sur 220 boutiques disponibles, seules 170 sont occupées. Soit 50 espaces vides... auxquels il faut ajouter les espaces vides de Thiais...
Ne peut-on pas faire une comparaison avec un projet athégien ?
Il faudrait tendre vers un projet plus écologique et protecteur de cet environnement déjà très pollué. Sport (comme cela était envisagé au départ) entouré de verdure : on a déjà la piscine. Il faut continuer.
Inspirons nous de nos voisins de Paray-Vieille-Poste, qui, intelligemment, ont aménagé un espace vert limitrophe de l’aéroport.


SERIE 2/10. Que sont devenus les lieux emblématiques de l’Essonne ? Alors que le département a fêté ses 50 ans, retour en images sur les lieux qui ont marqué son histoire. Aujourd’hui, gros plan sur le centre commercial Evry 2.

Bien plus qu’un centre commercial, Evry 2 joue le rôle d’un cœur de ville. Créé en même temps que la ville nouvelle, l’établissement poursuit sa vocation depuis son inauguration, le 19 mars 1975 : celle d’offrir « un lieu de vie, d’échanges et de rencontres » aux 52 000 habitants de la commune.
« Quand le centre commercial a ouvert, c’était la révolution ! », se souvient Pierre Maze, l’actuel président de l’Union des retraités d’Evry et ancien gérant de l’espace cinéma du centre pendant vingt-cinq ans. Les habitants du vieil Evry ne l’ont pas vu d’un bon œil mais à cette époque, les clients venaient de loin pour le bowling ou la boîte de nuit. »
Dès sa création, le centre commercial de l’Agora multiplie les partenariats. « Conscient de sa position unique de « Place du Village », Evry 2 s’est naturellement investie dans un rôle culturel et citoyen, témoigne l’actuelle direction. Le centre se transforme régulièrement en lieu de culture grand public avec des expositions, des manifestations culturelles ou encore avec des actions citoyennes comme la lutte contre le sida. » « Il se passait plein de choses, abonde Pierre Maze. Et grâce au théâtre, il y avait toujours des spectacles. »
-
Pour l’inauguration, des activités avaient été aménagées dans le centre commercial. /DR
Boosté par les Nouvelles galeries et Euromarché (NDLR : les galeries Lafayette ont quitté le centre pour Carré-Sénart en Seine-et-Marneet Euromarché a été remplacé par Carrefour), le centre commercial Evry connaît un départ en trombe avec 140 boutiques. « J’avais 13 ans lors de l’inauguration, se rappelle Malik Messadi, l’actuel gérant de la boutique Western Candy. C’était un événement, c’est comme si Disneyland arrivait à Evry ». Trois ans plus tard, le jeune homme décroche un petit boulot à Intersport La Hutte.

170 boutiques occupées sur 220 disponibles

« Le centre commercial montait en puissance, j’ai enchaîné avec un contrat dans un magasin de décoration, renchérit-il. Tous les employés se côtoyaient, c’est comme cela que j’ai fait la connaissance du gérant de Western Candy. On a travaillé plus de 20 ans ensemble puis il m’a cédé des parts. Moi, le gamin de 13 ans qui traînait à l’Agora, je suis devenu le gérant de la boutique. C’est incroyable ! »
Aujourd’hui, le centre commercial doit faire face à la concurrence accrue du Carré Sénart. Sur les 220 boutiques disponibles, seules 170 sont aujourd’hui occupées. « Nous sommes en restructuration, assure la direction. Ces espaces disponibles ont vocation à accueillir des enseignes à la recherche de grandes surfaces. » Prochainement, un pôle restauration, qui donnera sur la place des Terrasses, viendra étoffer l’offre gastronomique.