mercredi 15 mai 2013

Réponse aux lecteurs

Voici le commentaire de M. Florent CAPPALLETTI, posté sous le billet Gouverner, c'est prévoir ! réagissant à propos de la fiscalité d'Athis-Mons :



"Après une étude comparative j'ai plusieurs éléments de réponse quand à vos si "lourds impots"
A Savigny sur orge, nos impots sont un peu moins élevés que chez vous mais par contre notre ville est nettement plus endettée.
Pourtant nous n'avons la chance de nous plaindre 

*que des rues puissent être faites et refaites 3 fois en 10 ans.
*que nous seront traverser par le moindre Tramway
*enfin bien que comptant 7 000 habitants de plus que vous (désolé) nous avons autant d'équipement sportifs et une piscine en moins (heureusement nous venons de rentrer dans l'agglo mais Mme Le Maire ne veut pas le reconnaitre)
Et pourtant la circulation à l'intérieur de la ville est impossible.
Je ne sais pas ce que vous appelez "obstruction totalitaire" ou "opacité de l'information" mais je suis certain d'une chose, à Savigny 2 mois c'est court et la démocratie prend une forme qualifiée dans d'autres pays de "populaire" appréciée d'ailleurs par des élus qui se prétendent de gauche !

Bon courage
Salutation républicaine
Florent Cappelletti
de Savigny sur Orge
& de la CALPE"



Les questions soulevées étant pour le moins intéressantes, je pris donc le parti de rédiger une réponse à laquelle je consacre un billet complet puisqu'elle s'avère trop longue pour entrer dans un "simple" commentaire avec l'interface offerte par mon hébergeur.


Bonjour M. Cappelletti,

Votre commentaire va me permettre d’apporter quelques précisions bienvenues mais néanmoins impossibles à effectuer au sein du court espace qui nous est dévolu au sein du journal de la ville (1750 caractères, titre, espaces et signature compris).

Permettez-moi tout d’abord d’avancer concernant notre fiscalité un élément qui pour être indirect n’en est pas moins capital : il ne s’agit de rien de moins que du taux considérable de logements sociaux présents sur Athis-Mons, qui était en 2012 de 53% (ayant encore grimpé depuis, à en juger par la construction de nouveaux ensembles). La politique urbaine du maire – qui est de favoriser la poussée de nouvelles grappes d’immeubles – engendre nécessairement une hausse de la densité de population. Cet afflux de nouveaux résidents nécessite davantage de services et d’infrastructures qu’il n’en existe, et bien qu’on ne puisse les en blâmer, ces locataires sont souvent non-imposables. Aussi, les impôts sont mécaniquement maintenus au plus haut, surtout pour ce qui est de la taxe foncière – quant aux problèmes de circulation, induits entre autres par une carence évidente en places de parking, je vous enjoins à venir vérifier que Savigny n’en a guère l’exclusivité.

Sur le Tramway comme pour la plupart des dossiers, il n’a pas été jugé opportun de tenir l’opposition informée du projet : aucun dossier ne nous a été présenté et nous n’avons guère plus été conviés à quelque réunion d’information que ce soit – voilà ce que j’entends par « opacité de l’information ».

Concernant la belle manipulation de l’endettement de la ville, il y a ici un truchement des chiffres savamment entretenu par le maire en place. La résorption de la dette est pour la plus grande part uniquement imputable au transfert de celle-ci à la communauté d’agglomération (dont François Garcia est Président, s’il était nécessaire de le rappeler). Or, cet endettement communautaire n’est bien entendu jamais intégré dans le calcul de la dette par habitant alors même que celle-ci a été mutualisée. Du reste, les Portes de l’Essonne sont si bien gérées qu’après seulement deux années d’existence elles eurent à accuser un déficit de 3.8 millions d’euros, comblé en catastrophe par la création d’une taxe additionnelle. Cette situation est à rapprocher de la toute dernière augmentation – brutale - du taux de taxe foncière intercommunale (de 0.31% à 11.31 % soit 3500% d’augmentation) qui se traduisit sur Athis-Mons par une hausse de plus de 30% des impôts fonciers.

Vous traitez enfin du Centre Aquatique, lequel me semble emblématique de la « gestion opaque » – et donc douteuse – de la municipalité en place. Après la destruction de l’ancienne piscine, nous n’avons jamais eu la moindre information concernant le coût de construction de cette nouvelle structure, ni davantage de précisions quant aux fermetures prolongées qu’elle connut par la suite. On s’autorise donc à penser que le flou entretenu sur cette question sert à masquer de multiples irrégularités. Ainsi dans la presse le déclarait lui-même le maire de Juvisy et vice-président de la CALPE - anciennement délégué aux finances - Etienne Chaufour: « il s’agit d’une passoire ». Nous n’aurons peut-être jamais de réponse à ces questions, le Centre Aquatique étant partie intégrante d’une agglomération pour laquelle nos représentants n’ont pas voix au chapitre (aucun membre de l’opposition n’a été désigné délégué communautaire à Athis-Mons) et presque ironiquement, avec l’intégration de votre commune dans l’Agglomération, vous allez pouvoir payer le prix – ô combien mystérieux - de cet équipement sportif…

J’espère vous avoir répondu au mieux, vous qui êtes d’après mes statistiques mon 5000ème visiteur.


Cordialement et au plaisir,

Julien DUMAINE.

1 commentaire:

  1. Il faut les virer. Vous et votre équipe êtes les seuls à avoir un projet sérieux et concret pour 2014.
    Dehors les socialistes ami-ami avec Hollande et ses catastrophes à répétition, qui emmènent tranquillement la France et Athis-Mons au gouffre.

    RépondreSupprimer