mercredi 29 mars 2017

AGRESSION PHYSIQUE ET INTIMIDATION D’UNE ELUE D’ATHIS-MONS A L’OCCASION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 MARS 2017



Le Conseil Municipal du 22 mars dernier s’est tenu dans une ambiance délétère avec d’importantes pressions dans la salle et de nombreuses menaces et insultes à destination des membres de notre groupe, sans toutefois que Madame le Maire ne réagisse en dépit de sa responsabilité dans la Police de l’Assemblée.

Un certain nombre d’individus, dont certaines personnes peu recommandables étaient présents dans le public à des fins d’intimidation pour le vote du budget 2017. Cette opération fut sans doute un succès, puisque ce dernier parvint à être adopté (à une voix près) grâce au soutien objectif des élus socialistes. Ceux-ci ont en effet refusé l’adoption d’un vote à bulletin secret en dépit du climat tendu dans lequel s’est déroulée la séance et qui a pu tenir certains élus de l’assemblée dans la peur de représailles immédiates.

Mais les faits les plus graves ont été commis quelques minutes avant le début de la séance et juste devant l’entrée de la salle Curie où se tenait le Conseil. En effet, une élue de notre nouveau groupe politique, Mme Maryline GRESSY a été victime de violences, menaces et insultes.

Pendant ce temps, les élus du groupe majoritaire, préalablement retenus en réunion à l’Hôtel de Ville, étaient invités à entrer dans la salle par la porte de derrière pour la première fois depuis trois ans, sans doute car certains risquaient de ne pas cautionner ce genre de méthodes.

Du fait de l’importance critique des délibérations à l’ordre du jour, notre collègue a su faire preuve d’un grand courage en parvenant à siéger et à conserver les apparences en dépit d’un choc psychologique qui l’amena à annuler toutes ses prises de parole.

Mme Maryline GRESSY, conseillère municipale de notre groupe indépendant de la majorité : « Athis-Mons : Espoir & Liberté » a immédiatement déposé plainte au commissariat d’Athis-Mons pour agression physique et menaces verbales sur personnalité publique. Une expertise médicale réalisée par la suite a révélé les lésions suivantes : « Contracture réactionnelle au niveau paracervical gauche avec cervicalgie et douleur irradiant jusqu’au trapèze et épaule gauche, avec limitation de l’amplitude de l’abduction du bras gauche et de la rotation tête. Choc psychologique avec insomnie et peur de représailles » ayant entrainé une incapacité temporaire de travail (ITT) de quatre jours.

Une main courante a été également déposée le lendemain par notre président de groupe suite à de nouvelles tentatives d’intimidations sur lui-même.


Nous condamnons fermement et sans réserve ces méthodes mafieuses parfaitement inqualifiables qui ne font que démontrer une fois de plus une absence totale d’arguments politiques. Madame le Maire, qui prétend lutter contre l’insécurité, serait bien avisée de présenter des excuses publiques pour ces agissements qui proviennent d’individus issus de son entourage immédiat. Ceux-ci dégradent en effet fortement l’image de notre ville et de ce qui reste de son équipe, qui de par leur silence se font complice de ces agissements.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire