dimanche 17 décembre 2017

Athis-Mons : la déchetterie devrait rouvrir mi-janvier (Le Parisien 17/12)

Le Siredom, syndicat qui gère cet écocentre fermé depuis mars à la suite d’une pollution de l’air à la poudre d’aluminium, s’est rendu sur le site ce week-end pour régler les derniers détails.

Après 10 mois de fermeture forcée, les usagers n’y croyaient plus. Début 2018, la déchetterie d’Athis-Mons devrait rouvrir ses portes « en toute sécurité » après la pollution à la poudre d’aluminium subie en mars dernier émanant d’une société voisine. Le Siredom, le syndicat intercommunal qui exploite le site, a réglé les derniers détails ce week-end en ce sens. Son président Xavier Dugoin s’est rendu sur place samedi midi pour s’assurer que l’écocentre sera de nouveau accessible aux habitants dès la mi-janvier.
« Tous les signaux sont au vert, se réjouit Xavier Dugoin. La DRIEE (NDLR : direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergienous a confirmé que tous les résultats d’analyses effectuées en avril et mai dernier étaient bons. Les inspecteurs se sont assurés que l’entreprise voisine à l’origine de la pollution avait procédé aux bons réglages de ses machines pour que cet épisode malheureux ne se renouvelle pas. »

L’une des plus importantes déchetteries du département

Car il a eu de grosses incidences pour les habitants des environs. Cette déchetterie d’Athis-Mons, située quai de l’Industrie, est l’une des plus fréquentées du département : 30 000 usagers s’y rendent chaque année. Pendant 10 mois, ils ont été renvoyés sur les « écocentres » de Morangis et Vigneux-sur-Seine.
« Mais ce n’est pas satisfaisant car ces déchetteries sont déjà saturées », poursuit Xavier Dugoin. Pendant sa visite samedi, le président du Siredom en a profité pour affiner les travaux qui seront réalisés. « Cette déchetterie n’est plus adaptée, estime Xavier Dugoin. Nous avons cherché un autre terrain, mais il n’y a plus de foncier disponible dans ce secteur. »
Les 4 000 m2 de la déchetterie vont donc être transformés pour devenir un « écocentre nouvelle génération » : 4 ou 5 quais de chargement, des bacs pour le compost et une benne pour les pneus. « Surtout, nous allons végétaliser le site », insiste Xavier Dugoin. Les travaux, qui doivent faire l’objet d’études et d’autorisations, ne démarreront pas avant mai 2018. En attendant, les usagers pourront de nouveau y accéder dans quelques semaines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire