jeudi 28 février 2019

Hommage à Laure LAFOND



Aujourd'hui, notre cœur est lourd. Bien que le choc ait été absorbé, il demeure difficile de réaliser que Laure n'est plus.

Tous ces combats menés ensemble finirent en effet par faire de nous des amis personnels, bien davantage que de simples collègues siégeant au sein de la même assemblée délibérante.

Nous nous rencontrâmes à l'occasion des élections municipales de 2014. Elus Adjoints au Maire ensemble, elle devint ma collègue, héritant du portefeuille de la Petite Enfance et des Droits des Femmes.

Elle fut parmi les tous premiers élus qui me rejoignirent, abandonnant ainsi son poste et redevenant simple conseillère municipale lorsqu'en 2017 nous opérâmes à la scission de l'équipe municipale, déclarant ainsi notre indépendance vis-à-vis du Maire.

Pourtant, tous se résolurent à lui reconnaitre son engagement ainsi que le professionnalisme qui la caractérisait dans l'exercice des fonctions qui avaient été les siennes. Très rationnelle, elle favorisait l'organisation et la fixation d'objectifs chiffrés aux grands discours généraux.

En vérité, Laure servirait volontiers de modèle. Un modèle pour faire mentir ceux qui soutiennent qu'une femme ne peut en aucun cas être l'égal d'un homme sur le plan professionnel. Elle occupait des fonctions de cadre dans le bâtiment, métier pourtant on ne peut plus masculin. A la tête de plusieurs agences d'intérim, sa condition de femme ne l'a jamais empêchée de se faire respecter par ses équipes.

Mais Laure n'était pas pour autant dépourvue de féminité. Elle l'a d'ailleurs démontré en endossant des fonctions municipales dans des secteurs traditionnellement plus féminisés, et avait également exercé comme esthéticienne, une autre de ses passions. Femme par ailleurs sportive, on lui donnait volontiers quelques années de moins que son âge.

Laure était une femme indépendante. Son animal de compagnie - une chatte prénommée "Minette" - partageait en la matière un certain nombre de traits de caractères avec elle. Ironiquement, c'est ce félin qui me fit découvrir mon allergie pour ces petites bêtes à l'occasion d'une garde estivale.

Son esprit curieux et rebelle la poussait à avancer dans sa quête de la vérité. Elle lisait beaucoup et souhaitait décrypter le monde qui l'entourait, y compris sur les doctrines religieuses contemporaines. Nous tînmes donc assez fréquemment des débats parfois interminables, souvent enflammés, mais toujours très plaisants autour d'un bon verre de vin - de Bourgogne pardi !

Mais surtout, elle avait une sainte horreur de l'injustice et c'est sans doute ce qui en faisait quelqu'un de profondément bon.

Alors même si tu n'es plus là, nous continuerons à refaire le monde. Un monde plus juste en s'efforçant de faire le bien autour de soi.

1 commentaire:

  1. Une bien gentille femme venue soutenir la crèche parentale...courage à sa famille

    RépondreSupprimer